Bio des pieds à la tête...

Les cosmétiques dits bio appartiennent à une grande famille : celle des produits contenant un maximum d’ingrédients naturels. Par ingrédients naturels, on entend les éléments végétaux tels que l’huile d’olive, l’huile d’argan, le karité, les extraits de fruits, de fleurs, les huiles essentielles, etc. Comme dans tout bon produit bio qui se respecte, les fabricants essaient de ne pas y inclure des synthétiques, des conservateurs, des matières premières non-renouvelables et des procédés de fabrication le plus respectueux possible de l’environnement. Comme pour l’alimentation, la cosmétique dispose de labels garantissant le respect de ce cahier des charges. Le plus courant répond au nom de Cosmebio (créé en 2002) et correspond à deux niveaux de certification : le label BIO et le label ECO. Le premier implique près de 95% d’ingrédients d’origine naturelle, 95% des ingrédients végétaux issus de l’agriculture biologique. Quant au label ECO, il garantit les mêmes critères de qualités mais dans des proportions différentes. C’est en partie ce qui distingue la cosmétique bio de la cosmétique classique.

Cosmétique bio vs. cosmétique classique

En plus du contenu des produits, la cosmétique bio se distingue sur l’ensemble du procédé de fabrication. Ainsi, en cosmétique bio, les tests ne sont pas effectués sur des animaux mais sur des personnes volontaires. Dans les produits de catégorie cosmétique classique, rien ne garantit l’absence de parfums et colorants synthétiques, de conservateurs ou encore de silicones (et produits issus de la pétrochimie en général). Comme, aux yeux de certains, rien ne garantit l’efficacité de la cosmétique bio. Choisir entre la cosmétique bio et la cosmétique dite classique, c’est avant tout un choix de consommation, un signal fort envoyé aux fabricants. Mais aussi une question de budget, si l’on en juge aux prix des produits bio qui restent encore aujourd’hui plus élevés que ceux des produits de beauté classiques.